les auteurs

Priscilla Horviller

Priscilla Horviller est illustratrice qui a grandi avec un père Professeur de dessin qui étalait tous les dessins de ses élèves... alors les chats ne font pas des chiens ? Peut-être... mais elle a choisi de transmettre sa passion par un autre biais que celui de l’éducation nationale : l’éducation populaire. Graphiste, illustratrice, elle intervient régulièrement dans le cadre de rencontres/festivals/spectacles pour parler de son travail ou animer des ateliers autour des codes graphiques de la bande dessinée. Elle anime également un blog, Les aventures de cocotte, dans lequel elle raconte de façon drôle, tendre et poétique, ses pérégrinations dans la vie.
Elle signe sa première bande dessinée en 2020, avec Stéphane Tamaillon au scénario : La Baronne du jazz est une biographie romancée de la vie de Pannonica de Koenigswarter, parue aux éditions Steinkis.

Le duo se reforme en Janvier 2022 à l'occasion de la sortie de leur nouvel album, Les Enfants d'abord. Soutenu par la fondation pour la mémoire de la Shoah, cet ouvrage nous relate le récit de la vie passionnante de Janus Korczak (1878-1942).
Médecin polonais, écrivain, initiateur de pédagogies innovantes et architecte des droits de l’enfant, Janusz Korczak  a dédié son existence aux enfants les plus pauvres, orphelins ou exclus de la société. Il a fondé deux orphelinats et les a organisés en républiques dotées d’un parlement, d’un tribunal et d’un journal, donnant aux pensionnaires des responsabilités et une autonomie auxquelles son roman Le Roi Mathias 1er, où un enfant roi défie les conventions et veut le bonheur de tous, fait écho. Le personnage de Mathias Ier est pensé comme le fil rouge de cet album, figure onirique qui fait le lien entre tous les combats et les périodes de l’existence de Korczak.Après une vie consacrée aux enfants, il finit ses jours entouré des orphelins juifs du ghetto de Varsovie, qu’il refuse d’abandonner à leur sort et accompagne pour leur dernier voyage vers les chambres à gaz du camp d’extermination de Treblinka.

©Steinkis pour le texte
© Cécile Nicolas pour la photo